Images | Varia

1 / 10

Le béton et le marbre, la voiture et l’avion, l’air… Poses, articles et dessins de commande.

Poésie et argent ne font pas nécessairement mauvais ménage, et l’on devine que plusieurs des interventions publicitaires de Cocteau sont des commandes dûment facturées.
Cocteau pose ainsi en 1960, dans son entresol parisien, pour les téléviseurs Ribet-Desjardins. On le voit près d’un modèle « Delta » dans Paris-Match, près d’un modèle « Sidéral » dans Plaisir de France.

*


À propos du « chevalier Béton » publié en 1960 dans Beauté des formes. Le béton, plaquette promotionnelle éditée par la Chambre syndicale des constructeurs en ciment armé de France et de la communauté européenne, il ne cache pas dans Le Passé défini que la commande échappera au regard du fisc, et se déclare satisfait d’avoir pu trouver quelque vertu poétique à un matériau aussi brut… L’exercice a ses limites, et le béton fait ailleurs les frais du parallèle avec le marbre, dans un texte commandé cette fois par la Fédération marbrière de France : « Le béton attriste. Les ondes s’y cognent, s’y épuisent alors que le marbre elles l’imprègnent et collaborent à l’enrichissement de son organisme. »

*


Les firmes automobiles IRAT ou Rochet-Schneider, le groupe industriel Air liquide, les compagnies aériennes Swissair ou Air France ont également fait appel à la signature du poète. Outre le texte publié en 1956 dans Affiches Air France (des Variations graphiques sur le thème « Air France » proposées par onze affichistes, sous la direction de Jean Carlu, président de l’Alliance graphique internationale), Cocteau a notamment réalisé deux affiches pour la compagnie française et publié plusieurs articles dans Air France revue.