L'auteur et son œuvre | Vie de l'œuvre

1 / 6

Affiche et carton d’invitation pour une exposition de dessins en couleurs sur le « thème orphique » en 1960. Cartons d’invitation à une exposition de poteries en 1958 ; de pastels, dessins et céramiques inédits en 1967.

La galerie Au Pont des Arts dirigée à Paris, 6, rue Bonaparte, par Lucie et Pierre-André Weill, accueille à partir de 1955 plusieurs expositions de Cocteau : peintures, beaux livres, dessins, lithographies, poteries…
Elle sera aussi à l’origine de la Société des Amis de Jean Cocteau en 1967, dont la première secrétaire générale, Annie Guédras, travaillait dans cette galerie.

*


« Long silence pour une lutte entre mille malaises, et le travail. […]
J’ai accroché, décroché, réaccroché les pastels. Il y a eu le terrible contact avec l’extérieur. Les visages d’ombres exposés en pleine lumière. Il y a eu télévision, photographes, radio et articles où mes paroles se déforment dans l’eau malsaine de Paris. Il y a eu des acheteurs riches. Il y a eu Attanasio qui prépare l’exposition de Rome et ne me lâche pas une minute. Il y a eu cette foule où je cherche en vain ceux qui devraient venir et qui obéissent à mon étrange destin d’une gloire faite en marge de ce qui la mérite. Il y a eu et il y a mon besoin de fuite qui prend prétexte d’hygiène, de montagne et de neige, pour que j’échappe à ce dans quoi les circonstances et ma faiblesse m’engloutissent fatalement. »
(Jean Cocteau, Le Passé défini, 13 février 1955.)