L'auteur et son œuvre | Vie de l'œuvre

1 / 11

Catalogue de l’exposition organisée par Maurice Sachs à Paris, dans la galerie de Théophile Briant et Pierre Robert (amis de Max Jacob), du 15 au 19 juin 1925. Quelques dessins reproduits dans L’Art vivant (n° 12, 15 juin 1925) et Comœdia (20 juin). Article d’André Warnod dans Comœdia du 26 juin.

« Le dessin de Jean Cocteau est une écriture, un petit trait très fin, léger, spontané. Ce sont des dessins et en même temps des poèmes. »
(André Warnod, « L’Exposition Jean Cocteau », Comœdia, 26 juin 1925.)

*


Prolongeant l’exposition de Bruxelles (21 février-10 mars 1925), celle de Paris s’enrichit de livres, photographies, documents de mise en scène, notamment des maquettes de costumes de Jean Hugo pour Les Mariés de la Tour Eiffel.

*


« Ce soir en lisant un de mes livres d’espionnage, le mot desperado me fit sauter en mémoire un article de Levinson portant ce titre. C’était un article sur une exposition de documents de ma jeunesse chez Briant-Robert, et déjà on m’accordait assez d’importance pour que cette exposition soit entreprise et pour qu’on publiât en première colonne un article où Levinson, critique célèbre, me surnommait le desperado. »
(Jean Cocteau, Le Passé défini, 16 novembre 1956.)