Lettres et arts | Artistes

1 / 11

Cocteau et Poulenc en 1960. Début de la partition manuscrite de  Toréador, chanson sur des paroles de Cocteau. Portrait de Poulenc et partition du  Discours du Général dans Les Feuilles libres, n° 25, 1922. Partitions musicales avec dédicaces de Poulenc à Cocteau.

« Poulenc était et reste une source. Cette source a formé un fleuve et jamais sa fraîcheur d’eau courante ne laisse oublier qu’elle arrive d’une profondeur. »
(Cocteau présente le groupe des Six, texte de 1953 enregistré sur microsillon 45 tours par EMI Pathé.)

*


« Hommage à Jean Cocteau
Avec quelle tendre et admirative affection je viens, ici, saluer Jean Cocteau !
On a voulu faire de Cocteau le théoricien de notre jeunesse. C’est mal connaître les poètes. Ce catalyseur de génie nous a simplement aidés, avec Erik Satie, à défricher les chemins pleins de ronces harmoniques.
Le message du Coq et l’Arlequin, quoique léger, a eu une répercussion profonde. Il n’est pas jusqu’à Stravinsky qui n’en ait ressenti la secousse.
Aujourd’hui, chacun de nous suit sa route, souvent fort différente de celle de nos vingt ans, mais ce que je souhaite de tout cœur aux jeunes, qui nous suivront, c’est d’être épaulés, à leurs débuts, par un ami aussi fidèle et prestigieux.
Jean, je t’embrasse et te dis : merci.
Francis Poulenc.
Noizay, septembre 55. »
(La Table ronde, n° 94, octobre 1955.)