Livres | Poésie

1 / 18

Publié en 1925 chez Stock, l’édition originale du poème comporte en frontispice une photographie de l’ange par Man Ray reproduite en héliogravure. Le poème est repris dans Opéra (Stock, 1927) et chez divers éditeurs. Il fait l’objet d’une réédition séparée en 1989 aux Éditions René Bonargent. Voix : extrait du poème dit par Jean Cocteau (disque La Voix de son Maître).

« Dans mon œuvre, le poème L’Ange Heurtebise a l’importance des Demoiselles d’Avignon dans l’œuvre de Picasso » déclare Jean Cocteau dans Le Passé défini en 1953. Ailleurs, il affirme qu’il est « le centre de [s]es poèmes, comme le noyau de [s]es poèmes » (Entretiens avec André Fraigneau, 1951). C’est dire l’importance qu’il accorde à ce texte où son écriture et son imaginaire se renouvellent, se rapprochant même à certains égards des procédés de l’écriture automatique surréaliste (un chapitre du Journal d’un inconnu raconte la naissance du poème). Cette figure d’ange fort éloignée de l’imagerie traditionnelle doit beaucoup à l’apparition de Radiguet dans sa vie et à sa disparition.