Spectacles | Cinéma

1 / 1

Yvonne de Bray dans le rôle de la mère terrible.  Son : générique du film (composition de Georges Auric).

Cinéma de théâtre.

Ce film que Jean Cocteau considérait comme sa plus grande réussite cinématographique reprend très fidèlement le texte de la pièce, représentée pour la première fois à la fin de 1938. Entre cette première et le tournage du film, dix années s’écouleront au cours desquelles le grand naufrage de l’Occupation recouvre l’œuvre de la patine la plus désirable qui soit : celle du scandale.
En 1948, lorsque le film paraît, les insultes subies deviennent des blessures de guerre. Le sujet des Parents terribles, naguère vilipendé pour son climat incestueux et son odeur de linge sale, est respecté pour avoir subi l’injure des collaborateurs : lui aussi a résisté.