Lettres et arts | Écrivains et poètes

1 / 1

Portrait de Morand en 1928. Cocteau a très bien saisi dans ce dessin l’élégance lisse qu’aimait arborer l’écrivain alors au sommet de sa réussite littéraire et auréolé de prestige mondain par son mariage avec la princesse Hélène Soutzo.

L’amitié de Morand et de Cocteau débute en avril 1915, lorsque Morand envoie de Londres un poème à celui qui venait de créer Le Mot, organe de la mobilisation intellectuelle et artistique. C’est chez Morand qu’eut lieu la première lecture du Cap de Bonne Espérance et Cocteau l’aida à publier ses Lampes à arc. Ils se voient presque quotidiennement en 1919-1920, comme le montrent les nombreuses mentions de Cocteau dans le Journal d’un attaché d’ambassade.